La folle et le caillou…

Un jour , j’ai ramassé un caillou .
Un bête bout de pierre ,
Un caillou tout doux , tout chou
Une pierre que je transforma en mon Jupiter .

Bien des gens l’avaient vue
Mais personne n’y avait prêté attention
Alors moi , je lui donna toute la mienne , d’attention!
Et l’on me pris pour une folle , mais je me tus ..

Je continuai à aimer mon caillou

Et un jour , pour lui donner confiance
je le tailla en lui disant qu’il serait tendance ..
Mais la pierre se brisa sur mes genoux

Derrière son armure se cachait une  pureté ..
La pureté des plus divine ,
Mon caillou qui m’était déjà précieux ,

commença à briller de mille feux .

J’avais réveillé en lui son vrai moi

cette bête pierre que je chérissais depuis des mois
Ce caillou n’était rien d’autre qu’un Diamant
Il était libre maintenant …

Il allait devenir célèbre ..
Courir le monde ,être dans toutes les mains, sur toutes les lèvres .

Mais étonnamment le caillou se rhabilla ,

et me chuchota ;

« Toi ,seule m’a aimé alors que je n’étais qu une simple pierre..
Tu as fait de moi ton Dieu ,
durant tout ce temps , tu as pris soin de moi
Et moi, je me nourrissais de tes yeux ,
Ton amour pour moi m’a rempli de joie
Tu m’as rempli à en devenir précieux ..

Ta simplicité , ton authenticité m’ont montré la voie
Et si t’es preneuse ..
Remets moi dans ta poche et traversons le monde , toi et moi .

Nous deux dans le secret ,

Nous deux à nous aimer ,
Nous deux pour se câliner ,
Nous deux contre tout les baudets …  »

– Je remis dès lors mon caillou dans ma poche et partie , folle , libre et riche … DE LUI .

 

Publicités

Après

Après ton sourire , il ne reste plus que l’ombre en nous …

La pierre ne se transforme pas .

Vous pouvez me battre , m’insulter , me malmener , me violer..
Je resterai l’être d’Amour que j’ai toujours été ..
Aucune violence ne remplacera ma douceur
Et aucun acte me fera perdre qui je suis
Je resterai une pierre où l’érosion n’aura aucun effet ,

Je serai la pierre qui donne naissance à la mousse ,

ou la pierre qui donne naissance aux légendes ..
un pierre au coeur chaud et fidèle  .

Une pierre libre

Libre d’aimer n’importe qui ,

Libre de parler de n importe quoi ..

Je serai une pierre qui roule , qui voyage ,

la petite pierre que l’on ramasse lors d une balade et qu’on emporte en souvenir joyeux ,
je veux être tout ça , une pierre et non un cailloux ..

Personne ne me changera , ni toi , ni eux ,

sous mes allures fragiles , je reste forte ,

forte comme un diamant ,

Car je suis une pierre précieuse .

Ce qu’il veut ..

J’avais tout oublié, jusqu’à mon sourire
Plus rien ne s’offrait à mes souvenirs
Je n’étais ni ombre ; ni soleil .
Même le froid ne me touchait pas
Plus de sentiments , plus de merveilles
Même le chaud ne m’allait pas
J’errais tel un fantôme ..
De le mort ,j’avais chaque symptôme
Je m’exerçais au osselets
et il arriva pour me faire du bouche à bouche
Il secoua mon squelette , fit tomber mes dents de lait
Surprise , je me dis : qui me touche ?
C’était lui , mon maharaja , mon prince de la nuit
Mon cavalier noir , mon tout , en bref lui
D un baiser , il me réveilla de mon enfer
D un tour de bras m’extirpa de ma tombe
Et partit nous cacher dans la stratosphère
Loin du brouhaha des humains et de leur hécatombe
Sur les nuages ou sous la terre
Nous étions liés plus que des frères
Ensemble nous ne formions qu’un
Un ensemble à nous deux
Nous étions la musique , la danse , le dessin
A deux , nous étions les plus heureux

(Il me manque le temps de mon âme
Je ne suis même plus femme
Et lui pas plus humain que moi
Il chevauche les nuages
Il joue avec les anges , mais plus avec moi ..
Son seul souhait est que je tourne la page .. )

Glaïeul

Fleurs en plastique , sans odeur
Tu t’es fait passer pour un glaïeul
Mais , il n’en est rien , tu n’as pas de valeurs
Tu n’étais en fait que du tape à l’oeil
Fleurs du rendez-vous amoureux
Ornée à mon fourreau
Je pensais vivre des jours heureux
Mais comme le plastique tout était faux
De tes mensonges , tu as brisé mon coeur
Fleur de chagrin , tu n’avais pas d’odeur
Découlant de ma tristesse , j’ai perdue toutes saveurs
Mais aujourd’hui , je n’ai plus peur …
Car au détour d’un bois , tout mes sens agités
Un rayon de soleil sur la vérité
Son ton rouge ,amoureux et plein de sincérité
Le glaïeul était là près à me rendre ma beauté .

 

Tes mains

Je me souviens de tant de mains ,
des mains tendues qui offrent leurs hospitalité .
Des mains d’amis qui me serrons à jamais ..
Des mains qui me repoussent , ne voyant pas demain ..
Mais les mains dont je me souviendrai ,
ce ne sont pas celles d’un amant vadrouillant le long de mon corps , ni celles d’un ami et encore moins d’ennemis .
Non, celles dont je me souviendrai ce sont les tiennes .
Tes mains ,des griffes , des paluches .
Tes mains abimées par les années , tes mains sentant le solvant qui au bout des années à creusé des sillons dans la chaire, dans laquelle s’y loge la peinture de tes oeuvres.
Tes mains avec de ni trop grands , ni trop petits doigts juste costauds comme ta carrure .
Des doigts de fée malgré ton apparence d’ogre .
Je me souviendrai de ton image , de nos rires et de nos pleurs .
Des paroles incomprises , d’un tas de choses..
Mais ce qui m’inspira à tout jamais ce sont tes mains qui m’ont transmises tant de savoir ..

Lilith

Ma peau blanche brille dans la nuit 

Je suis la lune au goût de pomme 

Sous mon charme , je n’entends que oui 

Gourmand et apeuré ,j’intrigue l’homme 

Je suis vierge , je suis péché 

j’aime la vie , mais je suis la mort 

Vous avez peur , mais vous avez tort 

vous me détestez pour mieux m’aimer

Je suis le serpent qui croque la vie

Et vous montre le chemin 

Répudiée , tel est mon destin 

Pendu à mes lèvres , je vous souris 

Une douce naïve a pris ma place , 

Car femme de l’audace 

Ne plais pas , et dérange 

Ma vie sera donc toujours étrange